offerte sans consentement

Offerte sans mon consentement

Mon Maître Jean arrive. Comme d’habitude je le reçois maquillé comme une pute avec mini jupe, cuissardes, string, soutien gorges ,porte jarretelles, bas, chemisier et collier de soumise à sa demande.
De suite il me dit aller : Salope dans ta chambre. Allonges toi sur ton lit en croix sur le ventre.
Il me passe un cousin sous le ventre et me dit voilà comme cela tu es bien cambré. Il m’attache aux quatre coins du lit et me bâillonne.
Bizarrement il ne se déshabille pas. Je n'ai pas le temps de m'occuper de toi me dit il mais je t'ai réservé une surprise. Oui tu vas te faire baiser par mes copains ils vont arriver je te dis pas le nombre mais tu vas en prendre plein ta chatte de pute. Bâillonnée je ne peux parler et fais signe que non en secouant la tête. Combien de fois je t'ai dit que je voulais que tu sois prise devant moi, à chaque fois tu m'as dit non je veux pas alors j'ai décider, cette fois sans ton consentement
Le pire c’est qu’il me dit, bon je pars, je t’offre à eux.
J’entends ma porte d’entrée claquée. il est parti en me laissant seule ainsi immobilisé je ne peut rien faire, ne peut crier étant bâillonnée.
Le temps passe et 30 minutes après j'entends ma porte d’entrée s’ouvrir. Je pense que c’est mon Maître qui revient ayant voulu me faire peur.
Mais non j’entends : Mais c’est un travesti, moi je ne baise que des gays. Moi aussi l'autre lui répond, Jean nous avais dit un mec.
Je suis soulagée en pensant qu'il vont repartir mais non l'un deux dit, attends on est pas venu pour rien. On va la mettre à poil cette salope. Oui dit l’autre mais attachée comme elle est, pas simple de la déshabiller.
Va à la cuisine et trouve une paire de ciseaux dit l'un des deux, j'angoisse, je tremble, mais je ne peux ni crier, ni parler et encore moins me défendre.
Je sens les lames du ciseau sur mon dos, ils me découpent mon chemisier, sur mes bras ensuite pour m'enlever les manches, puis me dégrafent mon soutien gorge et découpent les bretelles. Ils découpent ma jupe puis mon porte jarretelles, puis c'est au tour de mon string;
Je suis complètement nue, mais l'un deux dit et ses cuissardes, comment on fait ?
Détaches lui un pied , ok et j’entends la fermeture éclaire s'ouvrir, ils me retirent la cuissarde, me rattache le pied et font idem avec la deuxième jambe.
Cette fois je sens les lames froides du ciseau sur mes cuisses, ils me découpent mes bas.
Ne me reste que mon collier de soumise et mon bâillon, mais on me retire mon collier, pas mon bâillon
L’un dit : Enfin te voilà presque un mec, et l'autre dit oui maintenant c'est un mec en retirant ma perruque. Tu vois il me fait bander maintenant et quel beau cul il a. En plus comme c’est une trav au départ il va être facile à enculer, oui ils appellent ça une chatte mais pour nous c’est un cul à prendre.
Certain qu’elle est maquillée cette salope, l'un me soulève la tête et dit : Oui comme une pute. Ils me démaquillent.
Je me sens honteuse d’être complètement nu et je sais maintenant que je vais être violé. L’un des deux téléphone et dit, Maître Jean ta salope de trav est redevenu un mec, un PD. Jean dit parfait j’arrive. Oui ils avaient tout manigancé, établit le scénario.
Jean revient, dit parfait les mecs et me dit :"Voilà tu as deux facettes maintenant, celle de ma salope de trav qui est prise comme une femelle et celle d’un PD pour se faire enculer par mes potes et sucer leurs bites.
Jean s’assoie sur une chaise à coté de mon lit et dit à ses potes aller occuper vous de mon PD, je vous filme et prends des photos.
Il me dit mais tu ne sais pas par qui tu vas te faire enculer car tu n’as pas pu les voir en croix sur ton ventre. Tu as affaire à deux blacks bien monté tu vas t'en rendre compte et je veux te voir t’entendre gémir de plaisir comme quand je te prends en salope de trav. Enlever lui son baillon et toi tu fermes ta gueule, je ne veux pas t'entendre parler, juste dire je suis un PD d’accord ? Mon bâillon est ôté. Alors dit Jean? Je lui réponds :"je suis un PD"
Tenez mes potes elle aime bien cela avec moi.
Un premier coup de fouet sur ma croupe, puis deux puis trois les coups pleuvent sur mes fesses et mes reins, je trémousse. les coups s'arrêtent.
Jean dit: "non encore je veux ses fesses rouges vifs, bien marqué qu'il s'en souvienne votre PD. Les coups retombent de plus belle.
Tout s’arrête, plus un bruit, quand je sens un liquide froid autour de mon anus. Oui Jean me lubrifie. Un doigt, deux doigts, puis trois oui c'est bien mon Maître Jean je connais parfaitement sa technique pour me dilater l'anus et dit vous pouvez y aller j’encule pas les PD mais elle est prête, désolé il, est prêt
Je sens une bite à l’entrée de mon cul, qui commence à me déflorer lentement mais sans discontinuité, une poussée permanente. J’ai mal, non trop gros mais rien n’y fait et le gland passe sous un hurlement de douleur puis sa tige atteint le fond de mon anus sentant ses couilles sur mes fesses meurtris. Le cadencement, le va et vient commence mais maintenant je n’ai plus mal, au contraire je commence à gémir de plaisir, je sens ma bite sécréter. le premier black se retire sans avoir jouit.
Jean dit ; Alors PD tu aimes ? Bien obligé d’avouer oui Maître. Bien tu as une ton entrée une bite de 5 par 16 et maintenant mon autre pote va te prendre avec sa bite de 7 par 20. Dis que tu le veux dans ton cul de toute manière tu n’as pas le choix immobilisé comme tu es. Oui maître je le veux la première m’a fait trop de bien
Même technique le deuxième blacks se présente devant ma rondelle mais ça rentre, bien plus grosse mais elle s’engouffre quand même par la dilatation de la première . je suis aux anges, ramoné sans cesse et je dis oui, oui encore plus vite, je mouille à fond de la bite et du cul. Un e fois de plus le deuxième black se retire sans éjaculer. Je ne comprends pas mais je sais que les blacks sont endurants.
Jean dit alors content PD ? Ma réponse oui. Tu en veux encore ? oui. On va te libérer et tu vas te donner maintenant. Oui Maître.
Je suis chaude, plus de gêne d’être en PD. On me détache mes mains puis mes pieds et on me met sur le dos et je découvre ces deux magnifiques blacks souriant qui m’ont défoncé à tour de rôle. leurs bites son giganteste et je n'aurais jamais pensé pouvoir prendre du calibre pareil car Maître jean ne fait que du 4 par 16.
Le black avec la plus grosse bite pose mes jambes sur ses épaules et m’encule d’un coup sec , le deuxième à genoux devant mon visage s'enfonce dans ma bouche. Je suis prise par mes deux orifices. leurs couilles atteignent mes fesses et mes lèvres à chaque va et vient. Ma bite devient elle aussi très raide.
Maître Jean dit aller vous le remplissais le PD . Je bave de la bouche par la gorge profonde, je suinte de la chatte et je sens leurs spermes m’inonder en même temps. leurs spermes chaud coulent se mon cul et de ma bouche. Ils ne bougent plus mais restent en position. une main prend ma bite. c'est jean qui me branle je cris, je hurle de plaisir et en deux minutes mon sperme jaillit comme une fontaine. Oui je suis à la limite de l’évanouissement pas jouissance.
Jean dit voilà mes potes vous avez aimé ? Oui répondent t’ils c’est un bon PD et tu as une belle salope de travs se rhabille et reparte en disant on reviendra à 4 la prochaine fois salut PD.
Me revoici seul avec Mon Maître Jean. Alors ma pute tu as aimé ? Oui Maître je lui réponds. Parfait maintenant tu seras selon mes envies un PD ou une salope. de travs. Bien dis t'il j'ai une course à fair, prends une douche, rhabilles toi en pute, parfumes toi car j'ai les couilles pleines moi et je vais revenir pour que tu me les vides. Pour tes vêtements découpés n'inquiètes pas je suis un bon Maître et je vais t’en racheter.

Commentaires